Voici pourquoi les factures de gaz explosent alors que les prix chutent

Les tarifs du gaz ont baissé et n'ont même jamais été aussi bas. Pourtant, nos factures n'ont jamais été aussi élevées. Explications.

© Baptiste Morin

Publicités
Montrer Dissimuler le sommaire

Depuis de début du conflit entre l’Ukraine et la Russie, le prix du gaz n’a jamais été aussi bas. Actuellement, sur le marché, il est aux environ de 73 euros le mégawattheure, 5 fois moins qu’à la fin du mois d’août 2022. Bizarrement, malgré cette baisse depuis trois semaines, nos factures d’énergie, elles, sont toujours extrêmement salées… On est en droit de se demander qui s’en met plein les poches ? On fait le point !

Le prix du gaz baisse, mais pas les factures !

La gu*rre en Ukraine a commencé en février et, actuellement, le prix du gaz est très bas comparé à la période estivale où il avait dépassé les 340 euros sur le marché. En effet, ce mercredi, il est à moins de 65 euros pour le lendemain. Pour bien comprendre le marché du gaz, il y a plusieurs choses à savoir.

Le contexte problématique du gaz

Tout d’abord, c’est le délai entre les négociations de contrat et l’application réelle. Par exemple, les cours du marché viennent de baisser, mais la répercussion se verra sur le long terme. En effet, les contrats pour le quatrième trimestre de 2023 viennent tout juste de se négocier à 80 euros le MWh environ, contre 150 euros en ce qui concerne les derniers mois. En bref, les industriels revendent le gaz au prix fort. « Quand on est résidentiel, on utilise du gaz qui a été mis en stock cet été« , informe Thierry Bros, un pro de l’énergie sur les ondes d’Europe 1 avant de poursuivre : « Donc les industriels l’ont acheté cher, et vont nous le vendre cher cet hiver. Ajoutez à cela que le prix du gaz parait moins cher sur les marchés, mais il est encore plus cher que sur notre facture« .

Ensuite, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi une réduction de la consommation globale, et cela, pour plusieurs choses : la météo et le réchauffement climatique. Mais aussi, la sobriété énergétique demandée par Emmanuel Macron et son gouvernement. Donc, cela devrait aussi se ressentir sur nos factures. Mais, ces dernières sont toujours aussi élevées et les Français se posent des questions. Pourquoi le prix de la matière baisse, mais pas le montant des factures ?

Une situation paradoxale pas toujours comprise

Le bouclier tarifaire est censé protéger les Français, mais est-il suffisamment performant ? La crise énergétique va sévir encore pour l’année 2023 et elle commence mal. En effet, les foyers français qui ont un contrat au tarif réglementé de vente (TRV), à savoir le contrat d’Engie encadré par l’État, vont subir une hausse de 15% par rapport au 31 octobre 2021. Cela représente une somme de 130 euros en plus par foyer et par an. Cette hausse va forcément engendrer la hausse des autres contrats d’énergie. Une bien mauvaise nouvelle pour commencer l’année 2023.

Le gaz devrait baisser encore plus pour stabiliser le marché

En réalité, pour que le prix du marché s’aligne sur votre facture, le gaz devrait encore chuter de 50%. En toute sincérité, c’est quasi improbable. D’autant plus si on envisage de stopper l’approvisionnement en gaz russe. Cet arrêt pourrait faire repartir à la hausse les prix. Affaire à suivre…

Publicités