Sri Lanka : Les créanciers subissent de lourdes pertes en raison de la crise de la dette

Le président Gotabaya Rajapaksa a été critiqué pour sa gestion de la crise.

Le Sri Lanka est au bord du défaut de paiement après avoir omis de verser un coupon ou un intérêt sur deux obligations internationales arrivées à échéance le 18 avril. Le gouvernement dispose d’un délai de grâce de 30 jours, mais les analystes estiment que le défaut de paiement est pratiquement inévitable depuis l’annonce faite le 12 avril par le ministère des finances de suspendre unilatéralement le remboursement de la dette extérieure. L’imminence du défaut de paiement coïncide avec des troubles sociaux croissants déclenchés par une pénurie de produits alimentaires essentiels.

Les discussions en cours avec le Fonds monétaire international seront essentielles pour stabiliser la dette, estimée à plus de 100 % du PIB. Mais la diversité des créanciers du Sri Lanka pourrait compliquer une restructuration ordonnée, les créanciers du secteur privé risquant une décote importante.

Les trois principales agences de notation ont toutes abaissé la note de crédit souverain de la nation insulaire, Moody’s déclarant qu’elle anticipe « une série de défauts de paiement » compte tenu de la diminution rapide des réserves de change. À la fin du mois de mars, le Sri Lanka ne détenait que 1,7 milliard de dollars de réserves de change, soit suffisamment pour couvrir un mois d’importations.

Les créanciers du secteur privé détiennent environ 40 % de la dette du Sri Lanka et, sur la base des restructurations souveraines passées, les taux de recouvrement pourraient être de 50 %, selon Capital Economics. Dans sa note d’avril, Moody’s a déclaré que la dette élevée et les faibles réserves du Sri Lanka « étayent notre évaluation selon laquelle les pertes des créanciers du secteur privé seront probablement importantes ».

La Chine détient environ 20 % de la dette du Sri Lanka – la Banque centrale du Sri Lanka a déjà entièrement utilisé un accord de swap de 1,5 milliard de dollars avec la Banque populaire de Chine – et malgré les récentes offres d’aide, elle pourrait jouer dur dans toute négociation. Cela pourrait retarder une résolution rapide et même forcer un défaut de paiement désordonné.

Le président Gotabaya Rajapaksa a été critiqué pour sa gestion de la crise, des manifestants anti-gouvernementaux accusant l’ancien ministre de la défense de corruption et de népotisme. Mahinda Rajapaksa, le frère aîné du président, est l’actuel premier ministre. Le président et le premier ministre ont tous deux rejeté les appels à leur démission, bien que, dans une tentative symbolique d’apaiser les manifestants, le président ait auparavant écarté deux autres frères et un neveu du cabinet.

Le projet Twitter avec Elon Musk

Les résultats des banques américaines surprennent et déçoivent à la fois