Les résultats des banques américaines surprennent et déçoivent à la fois

Les « Big Six » ont dépassé les prévisions, mais un examen plus approfondi des résultats des bénéfices montre que des problèmes se profilent.

La saison des résultats du premier trimestre, tant attendue, a dressé un tableau mitigé du secteur financier mondial, et beaucoup prédisent que le pire est peut-être à venir.

Si l’on regarde les chiffres principaux, presque toutes les six grandes banques américaines ont dépassé les prévisions des analystes.

Grâce à une activité boursière exceptionnelle, Goldman Sachs a largement dépassé les attentes, avec des revenus atteignant près de 13 milliards de dollars.

Morgan Stanley, JPMorgan Chase et Citigroup ont également annoncé des résultats supérieurs aux prévisions, en grande partie grâce à une forte saison de négociation. Morgan Stanley a réalisé des revenus d’environ 14,8 milliards de dollars, et JPMorgan Chase a affiché un bénéfice de 8,3 milliards de dollars. Citigroup a réalisé un chiffre d’affaires de 19,2 milliards de dollars.

Le bénéfice de 7,07 milliards de dollars de Bank of America et celui de 3,7 milliards de dollars de Wells Fargo ont également dépassé les prévisions.

Cependant, après un examen plus approfondi, les résultats des « six grandes » banques américaines ne sont pas aussi roses qu’il n’y paraît.

Les revenus de la banque d’investissement de Goldman Sachs ont chuté de 36 % à 2,4 milliards de dollars au premier trimestre, en raison d’une baisse des commissions et d’une diminution des émissions d’actions et de titres de créance.

Morgan Stanley a prévu des bénéfices décevants pour le reste de l’année, et son revenu net de 3,7 milliards de dollars était inférieur de 8 % à celui de l’année dernière.

Le bénéfice de JPMorgan Chase a dépassé les prévisions, mais a plongé de 42 % par rapport à l’année précédente en raison des sanctions russes. La banque met de côté des fonds pour faire face aux risques futurs liés aux sanctions.

Le bénéfice de Citigroup a presque été divisé par deux, avec une chute de 46 % en glissement annuel, à 4,3 milliards de dollars, en raison de la hausse des dépenses et de la baisse des revenus.

Le bénéfice de Bank of America a baissé de 12 % sur une base annuelle, et ses frais de banque d’investissement ont chuté de 35 %, à 1,5 milliard de dollars.

Et en raison d’un ralentissement des prêts hypothécaires, Wells Fargo a légèrement sous-performé sur le plan des revenus, ses bénéfices ayant chuté de près de 30 %.

De nombreux stratèges craignent qu’un avenir douteux ne se profile à l’horizon. Les niveaux d’inflation élevés depuis quatre décennies et la hausse rapide des taux d’intérêt tiennent les investisseurs en haleine. La volatilité des marchés financiers et la guerre en Ukraine pèsent aussi lourdement sur les finances, tout comme les difficultés de la chaîne d’approvisionnement et le ralentissement des introductions en bourse et des activités de fusion, qui ont fleuri en 2021.

La plupart des observateurs mondiaux estiment qu’un ralentissement imminent pourrait avoir un impact sur l’activité de prêt des banques et comprimer leurs marges d’intérêt nettes. La volatilité des marchés pourrait également nuire.

D’autres observateurs, cependant, ne dressent pas un tableau aussi sombre. « Il y a beaucoup d’incertitudes, mais les tendances fondamentales sous-jacentes étaient assez solides et n’ont pas donné beaucoup de munitions aux observateurs de la récession », explique Jesse Rosenthal, responsable des finances américaines chez CreditSights. « La qualité du crédit est forte et il n’y a pas de réels signes de stress. Bien sûr, les choses pourraient bien changer avec les pressions inflationnistes persistantes et la façon dont la Fed peut gérer le compromis entre la stabilité des prix et le plein emploi. Mais pour l’instant, les conditions d’exploitation des banques américaines semblent encore brillantes. »

Sri Lanka : Les créanciers subissent de lourdes pertes en raison de la crise de la dette

L’art de la communication – Des astuces simples pour toutes les relations