Emmanuel Macron : son geste fait polémique à Londres

Emmanuel Macron et Brigitte étaient présents aux funérailles de la reine Elizabeth II. Plusieurs choses ont fait scandale. On vous dit tout !

©POOL - JOHN SIBLEY-Emmanuel Macron : son geste fait polémique à Londres

Publicités
Montrer Dissimuler le sommaire

L’Angleterre est en deuil depuis le 8 septembre, le jour de la mort de la reine Elizabeth II. Les funérailles se sont déroulées ce lundi à l’abbaye de Westminster. Pour information, ce sont les premières obsèques nationales du pays depuis 1965. Le lieu ne pouvait pas accueillir plus de 2000 personnes. Alors, il a fallu faire des choix dans les chefs d’État. Un ou deux invités maximum par nation. On vous partage quelques-uns des invités ainsi que la réaction d’Emmanuel Macron qui a fait scandale…

Emmanuel Macron engendre une polémique à Londres durant les funérailles de la souveraine

Publicités

Plusieurs têtes couronnées et responsables d’État ont fait le voyage pour rendre un dernier hommage à Elizabeth II. Bien sûr, Brigitte et Emmanuel Macron font partie des invités. On peut citer aussi le roi de Belgique Philippe et la reine Mathilde ainsi que le prince Albert II de Monaco et la princesse Charlène. Mais, aussi, le roi des Pays-Bas Willem-Alexander avec la reine Maxima et la princesse Beatrix et le roi Harald V de Norvège.

Publicités

L’empereur Naruhito et l’impératrice Masako du Japon seront aussi présents. C’est leur premier voyage à l’étranger depuis leur arrivée sur le trône en 2019.

La reine Margarèthe du Danemark aussi assistera aux funérailles. Bien sûr, il y aura également le roi d’Espagne Felipe VI et son père Juan Carlos I. Ce dernier a laissé sa place à son fils en 2014. Maintenant, il s’est exilé aux Émirats arabes unis. De plus, le président américain Joe Biden et sa femme Jill ont répondu présents

Les autorités ont mis en place des bus emmener les invités jusqu’à l’abbaye, mais Joe Biden a préféré venir avec sa limousine présidentielle blindée, « The Beast ». Qu’en est-il d’Emmanuel Macron ? « Peut-on avoir une petite pensée pour le responsable de l’Élysée qui a dû annoncer au président Macron qu’à Londres, il devrait monter dans le bus ? », écrit le Times ce dimanche.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Em soutien ♡ (@emsoutien)

Emmanuel Macron ne veut pas prendre le bus

Publicités

Emmanuel Macron n’aurait pas souhaité se déplacer en bus, mais, pour le moment, on ne connait pas les dispositions qu’il a prises. Ce n’est pas le seul problème. En effet, le placement des invités n’a pas été facile non plus, selon les informations du Times. Il faut « éviter tout risque que quiconque se sente offensé d’être placé derrière un pilier et s’assurer que personne n’en vienne à se battre ».

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, seront aussi présents même s’il existe des tensions depuis le Brexit. Ce ne sont pas les seuls invités qui sont critiqués. En effet, il y a aussi les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et brésilien Jair Bolsonaro et le prince saoudien Mohammed ben Salmane. Pourtant, ce dernier est constamment critiqué par les ONG pour leurs atteintes aux droits humains sur leur territoire. D’ailleurs, il a été écarté de la scène mondiale après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie saoudite en Turquie en 2018.

Des nations privées de funérailles

Le président chinois Xi Jinping n’a pas fait le déplacement, mais son vice-président Wang Qishan. Les autorités anglaises ont refusé qu’une délégation officielle chinoise se recueille devant le cercueil de la reine. En effet, la Chine a pris des mesures contre le parlement anglais quand ce dernier a jugé son bilan catastrophique sur les droits humains.

Publicités

Dans le lot des pays non-invités, on peut citer la Russie et le Bélarus en raison de la gu*rre en Ukraine. Cette décision n’a pas plu à Moscou qui la juge « blasphématoire » et « immorale ». Par ailleurs, la Birmanie, la Syrie, l’Afghanistan et la Corée du Nord ont aussi été sanctionnés.

« Nous sommes convaincus que les dignitaires du monde entier qui feront le voyage comprendront que c’est un défi de taille et une situation inhabituelle », explique le porte-parole de l’État anglais afin d’anticiper les polémiques. Pour assurer la sécurité de tous, la Scotland Yard a embauché plus de 2000 agents. Pour le moment, il n’y a pas eu d’incident, à part un homme condamné pour trouble à l’ordre public.

Une chose est sûre, Emmanuel Macron a bien assisté à la cérémonie. En effet, une arrivée en baskets sur le sol anglais, comparé avec la fashion week

Publicités