Jean-Marc Morandini : l’animateur condamné à 1 an de prison avec sursis pour corruption de mineurs

Jean-Marc Morandini a été condamné par la justice, mais ce dernier ne compte pas en rester là et fait appel à la décision.

© Stevens Tomas/ABACA

Publicités
Montrer Dissimuler le sommaire

Jean-Marc Morandini condamné par la justice !

Le verdict est tombé pour Jean-Marc Morandini. En effet, le tribunal correctionnel de Paris l’a condamné ce lundi à un an de prison et une période de sursis probatoire de deux ans. Les faits sont les suivants : « corruption de mineurs » sur trois adolescents entre 2009 à 2016. Dans l’affaire, il y a des preuves d’échanges téléphoniques et même un casting dans son logement. Voici ce que la présidente a expliqué : « Malgré le temps écoulé aucune remise en question n’avait été amorcée » par le présentateur de télévision pour ces « passages à l’acte transgressifs ». Elle précise aussi qu’il « ne ressort ni du dossier ni des débats, que l’on puisse qualifier Jean-Marc Morandini de prédateur ou de péd*phile ».

Rappel des accusations

Pour rappel, Jean-Marc Morandini était accusé de plusieurs scénarios. Tout d’abord, cela concernait le contenu de messages envoyés à deux mineurs de 15 ans. Pour le premier, Jean-Marc Morandini évoquait des scènes sex*elles. Pour le second, il lui a demandé d’envoyer des clichés de lui nu. Les faits datent de 2013 et de 2015-2016.

Ensuite, le troisième mineur dans l’affaire était âgé de 16 ans. Jean-Marc Morandini lui a demandé d’enlever ses vêtements, de se mettre nu et de se mast*rber dans son logement en 2009. À la base, l’adolescent s’était rendu chez lui pour évoquer un projet de remake de long métrage américain. Vous vous en doutez, mais le projet n’a jamais abouti. Ainsi, on imagine que la star de CNews usait et abusait de son pouvoir…

Au moment de son procès en octobre dernier, le journaliste avait évoqué une « imprudence » de sa part et expliqué qu’il s’agissait d’« humour ». Pas sûr que cette forme de défense marche avec le tribunal. La preuve, puisque la justice l’a condamné. Les avocates de Jean-Marc Morandini avaient plaidé la relaxe en accusant l’affaire d’avoir des « déclarations très fluctuantes » avec en plus un certain « lynchage médiatique ».

L’avocate de Jean-Marc Morandini va faire appel à la décision

L’avocate de Jean-Marc Morandini, Maitre Corinne Dreyfus-Schmidt, prend la parole suite à la décision : « Ce jugement est incompréhensible et assez sévère, et nous entendons faire appel de cette décision ». Pour information, l’animateur de CNews a écopé d’un an de prison avec sursis fin octobre. Le tribunal a complété avec une obligation de soin de deux ans et une inscription dans le fichier des délinquants sex*els (Fijais).

« Je me réjouis que M. Morandini qui contestait les faits et était dans le déni ait été reconnu coupable par un jugement motivé », rétorque l’avocat d’une victime, Maitre Francis Szpiner. Il avoue aussi qu’il est satisfait et soulagé que le nom de Jean-Marc Morandini soit inscrit sur le fichier des auteurs d’agressions sex*elles et violentes. Mais, alors, quelle est la réaction de la chaîne CNews qui emploie le journaliste ?

L’animateur reste aux commandes de son émission

La direction de la chaîne CNews a été interrogée par l’AFP. Elle explique qu’étant donné que Jean-Marc Morandini a fait appel à la décision avec son avocate, la présomption d’innocence « s’applique ». Ainsi, ses employeurs ont pris la décision que « Jean-Marc Morandini continue de présenter son émission ».

Publicités